Comment masquer vos imperfections cutanées à l’aide du maquillage permanent

Dans le domaine de la mode, les recherches ne cessent jamais. On retrouve des améliorations chaque jour pour sublimer encore plus la beauté de la femme. La technologie ne connait pas de limite et l’innovation est toujours au rendez-vous. Le maquillage permanent, vous en avez déjà entendu parler ? C’est une promesse de beauté pour tous les jours, mais il permet également de cacher les imperfections cutanées que nous trouvons disgracieuses.

Le maquillage permanent pour camoufler les cicatrices

On connait déjà le maquillage permanent sourcil poil par poil, mais pour cacher les cicatrices on en parle moins. Pourtant, c’est tout aussi efficace ! Également appelé maquillage permanent correctif ou dermographie correctrice ou encore tatouage médical. Il permet de corriger les asymétries du visage et permet de cacher les cicatrices corporelles trop visibles. La micropigmentation médico-esthétique, tendance depuis quelques temps, permet de redessiner une aréole mammaire qui a subi une opération. Dans certains cas, ce type de pratique permet de camoufler les pertes de cheveux (alopécie et pelade) ou encore le vitiligo qui est une disparition de la pigmentation de la peau.

Ce sont souvent les interventions chirurgicales qui suggèrent la dermographie correctrice. Il s’agit de la même technique que celle utilisée pour le maquillage permanent des sourcils, des yeux ou encore des lèvres. Concernant le principe, la dermographe est introduit millimètre par millimètre. On effectue la mise en œuvre dans les couches superficielles de l’épiderme et pas plus profond que ça. On parle ici de 1 à 2 mm de profondeur. Il n’est pas de même pour le tatouage, comme la peau est maquillée en surface, la réparation dure environ 1 à 3 ans en fonction de la carnation.

Maquillage permanent : sur quelles imperfections ?

Il est indiqué d’abord pour camoufler des cicatrices blanches ou encore des brûlures. Il permet également de cacher des séquelles visibles de maladies ou d’accidents. Les tâches de naissance peuvent être traitées et même les traces de varicelle et d’acné. Pour être sûr de sa réussite, il y a des conditions requises qu’il ne faut pas oublier. La première est le fait que la cicatrice doit dater d’au moins 1 an, sans être boursoufflé ou volumineuse. De plus, un examen approfondi est indispensable.

Lors de la première séance, on détermine si la réparation est possible. Dans le cas échéant, une touche d’essai permet de voir la teinte épousant la carnation naturelle de la peau. Bien sûr, il faut un certain temps pour avoir le résultat définitif, d’où la raison des retouches après quelques semaines. Dans certains cas, il faut plusieurs séances pour avoir le résultat attendu. La meilleure période pour pratiquer l’intervention est la période froide pour éviter l’exposition au soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *